Le Changement Climatique c'est quoi ?

109 messages Page 1 sur 8
Confiance envers le GIEC

80%
Je fais confiance aux travaux des experts du GIEC
12
13%
Je ne fais pas confiance aux travaux des experts du GIEC
2
7%
Je ne me prononce pas
1

Nombre total de votes : 15

Hervé

Avatar du membre
Messages : 948
Enregistré le : 18 oct. 2010, 21:24
Localisation : 63
Site Internet

Message par Hervé »
Bonjour à tous,
Je me rends compte en donnant des cours ou des conférences, que les gens perçoivent mal ce que peut représenter un réchauffement climatique de quelques degrés. Un peu de pédagogie donc, si je peux me permettre, pour ceux d'entre vous qui sont moins au fait de ce problème.
Petit rappel tout d'abord : si on continu notre mode de vie actuel (le "business as usual", ce que les climatologues appellent le scénario RCP8.5, correspondant à un forçage radiatif de +8.5 W/m2 à l'horizon 2100), on doit s'attendre à un réchauffement global d'au moins +5°C (les dernières simulations sont à +7°C...). Ce forçage radiatif est lié indubitablement aux émissions humaines (directes ou indirectes) de gaz à effet de serre (CO2, méthane etc.).
Pour la plupart des gens, +6°C cela ne parle pas beaucoup car ce n'est pas une variation très tangible. Les gens sont sensibles aux variations journalières ou saisonnières des températures et celles-ci sont bien plus élevées (+10 +20°c). Alors, +6°C d'augmentation de température moyenne cela peut paraitre assez anecdotique. On peut se demander d’ailleurs si cela peut contribuer au manque de prise de conscience général de l'ampleur de la crise climatique qui s'annonce ? En fait, du point de vue de la végétation et de la biogéographie en général, cette variation est juste colossale. Je m'en vais vous le démontrer...

Mon objectif est donc de vous présenter quelques illustrations très simples, mais je pense marquantes, pour rendre plus tangible ce petit +6°C.
Voici tout d'abord une carte simplifiée des différents "biomes" de notre petit coin de planète:
Capture d’écran 2020-01-18 à 12.17.34.jpg
Les biogéographes ont démontré depuis longtemps que la variable climatique qui détermine au premier ordre cette distribution est la température. Les précipitations et les types de sols sont importants aussi, mais chez nous c’est surtout la température qui modèle à grande échelle les types de végétations, comme le montre cette cartographie des températures annuelles moyennes sur cette région :
Capture d’écran 2020-01-18 à 14.56.50.jpg
Mais le point important à regarder ici c’est l’ordre de grandeur de variation de ces températures sur cette carte. La différence de température annuelle moyenne entre un climat tempéré et un climat méditerranéen est de l’ordre de 6°C, tout comme la différence entre un climat tempéré et un climat boréal. Autrement dit, si on augmente de 6°C la température, on doit s’attendre à voir un végétation de type méditerranéen remplacer une forêt tempérée, ou une forêt boréale se convertir en forêt tempérée.

C’est aussi ce que savent les paléontologues depuis longtemps. Au cours du Quaternaire se sont succédées des vagues de glaciation, une toutes les 100 000 ans à peu près. En France, une végétation de type boréale (toundra) occupait les plaines pendant les périodes glaciaires. Nous sommes actuellement en période interglaciaire caractérisée par sa végétation tempérée. Les paléoclimatologues peuvent reconstruire les climats du passé et nous apprennent que les variations de températures moyennes entre une période glaciaire et interglaciaire n’est aussi que de quelques degrés (6 environ pour simplifier), ce qui est tout à fait cohérent avec l’étagement actuel des végétations.
Capture d’écran 2020-01-18 à 14.57.55.jpg
On peut donc conclure, avec un degré de certitude élevé, que nous aurons, à terme, une végétation de type méditerranéenne dans le bassin parisien, et une végétation désertique dans le midi si la température moyenne augmente de 6°C. Mais il y a un petit problème… Il aura fallu quelques milliers d’années pour que le climat se réchauffe et que la forêt tempérée s’installe depuis la dernière glaciation (Holocène), car les arbres ne migrent naturellement que de quelques centaines de mètres par an. Voici un exemple pour le Chêne qui montre sa migration progressive vers le Nord au cours de l’Holocène (par tranches de 1000 ans).
Capture d’écran 2020-01-18 à 14.04.27.jpg
Le petit problème c’est que le réchauffement climatique au cours de l’Anthropocène sera très rapide, 6°C en un siècle seulement! Les simulations climatiques nous montrent que si on poursuit le scénario RCP8.5 nous aurons en 2060 à Clermont-Ferrand la température moyenne de Montpellier et que pendant ce laps de temps la forêt méditerranéenne n’aura migré naturellement vers le nord que de quelques dizaines de Km.

Les modèles de végétation nous montrent par ailleurs (c’est sur quoi je travaille précisément) que le changement climatique est d’une telle ampleur et d’une telle rapidité que les arbres n’auront probablement pas le temps de s’adapter ou de s’acclimater à ces nouvelles conditions climatiques. Autrement dit, le taux de mortalité va considérablement augmenter pour atteindre des chances de survie quasi nulles à la fin du siècle pour les espèces présentes actuellement dans nos forêts. Nos modèles montrent que seules les espèces des végétations méditerranéennes sont physiologiquement adaptées au climat que nous aurons en 2100 dans le centre de la France.
Capture d’écran 2020-01-18 à 15.07.08.jpg
Le problème est donc simple : d’ici la fin du siècle les espèces spontanées d’arbres qui peuplent actuellement nos forêts vont dépérir et les espèces potentiellement adaptées à ces futures conditions n’auront pas eu le temps de s’y installer naturellement (on commence à parler de migration assistée pour les aider un peu!). Nous avons par ailleurs montré que ce scénario est global et qu’il risque d’impacter tous les biomes forestiers de la planète. Il va donc falloir s’habituer à voir des forêts naturelles de plus en plus dépérissantes (avec une augmentation des risques d’incendie). Les arbres les plus vieux seront probablement les premiers touchés, laissant des milieux plus ouverts propices à l’installation de fruticées (fourrés à pruneliers par exemple).

Pour conclure, derrière ce petit +6°C se cache donc une modification majeure et globale de nos écosystèmes naturels. La seule solution pour éviter ce scénario catastrophe (pour nous, naturalistes) est connue : réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, ce qui signifie changer aussi drastiquement nos modes de vie. A chacun de montrer l’exemple à suivre !
Bonne année quand même !
Modifié en dernier par Hervé le 18 janv. 2020, 19:11, modifié 1 fois.
Hervé Cochard

NSchwab

Avatar du membre
Messages : 1462
Enregistré le : 08 sept. 2017, 17:24
Nom : Schwab
Prénom : Nicolas
Localisation : Renan, BE (Suisse)

Message par NSchwab »
Bonjour Hervé,
Merci pour ton sujet extrêmement important et intéressant. Moi même connaissant le biais autour de l'augmentation des températures, je suis resté impressionné devant les graphiques et cartes montrant ce que l'avenir nous réserve si l'on ne fait rien. Malgré l'effet de mode. l'écologie (on devrait plutôt parler d'écologisme pour la politique), cela pourrait changer. Mais pour l'instant, peu d'actions concrètes à effet immédiat sont faites (en comparaison à ce qu'il reste à faire). Sachant que l'humanité est capable du pire, comme du meilleur, espérons que ce sera du meilleur cette fois.
Mycologue intégriste radicalisé.

NSchwab

Avatar du membre
Messages : 1462
Enregistré le : 08 sept. 2017, 17:24
Nom : Schwab
Prénom : Nicolas
Localisation : Renan, BE (Suisse)

Message par NSchwab »
D'ailleurs, je viens de voir que le Global Economic Forum vient de publier son Global Risk Report annuel. Sans surprise, les plus gros dangers sont environnementaux. Voir ici.
Mycologue intégriste radicalisé.

Ghislaine

Messages : 4423
Enregistré le : 07 sept. 2010, 15:25
Localisation : Forêt du jorat, Lausanne suisse.

Message par Ghislaine »
Impressionnante démonstration. Merci pour ces explications.
On ne voit vraiment une chose que lorsqu'on la comprend. J.Constable.

helia

Messages : 558
Enregistré le : 07 déc. 2014, 21:31

Message par helia »
Bonsoir et Grand merci, pour ce topo, assez angoissant pour les futurs générations.

Andgelo

Avatar du membre
Messages : 4981
Enregistré le : 29 avr. 2013, 17:08
Localisation : Doubs
Site Internet

Message par Andgelo »
Merci Hervé.... Et vu que nous vivons dans un monde gouverné par l'argent, la plupart des hommes ne se remettrons pas en question et garderons leurs habitudes... :mad:

Y.Courtieu

Avatar du membre
Messages : 17214
Enregistré le : 28 oct. 2012, 18:14
Localisation : Haute-Savoie
Site Internet

Message par Y.Courtieu »
Bonjour
18 janv. 2020, 15:21Hervé a écrit :
Petit rappel tout d'abord : si on continu notre mode de vie actuel (le "business as usual", ce que les climatologues appellent le scénario RCP8.5, correspondant à un forçage radiatif de +8.5 W/m2 à l'horizon 2100), on doit s'attendre à un réchauffement global d'au moins +5°C (les dernières simulations sont à +7°C...). Ce forçage radiatif est lié indubitablement aux émissions humaines (directes ou indirectes) de gaz à effet de serre (CO2, méthane etc.).
De telles affirmations ne sont pas rendues plus crédibles parce que tu soulignes le mot indubitablement, Hervé.
Désolé, mais prêter à des statistiques et à des modèles mathématiques un tel pouvoir de prédiction est, et pas seulement pour moi, de l'ordre de ... je ne sais pas quoi dire, tant cela me stupéfie.
J'ai fait des études de mathématiques et de statistiques et il ne faut pas me raconter que la prise en compte dans les modèles mathématiques utilisés du paramètre de l'augmentation du CO2, augmentation que je ne nie nullement, puisse autoriser à tirer de telles conclusions.
Il est extrêmement grave à mes yeux de laisser entendre comme on le fait de plus en plus que l'homme pourrait, en jouant sur l'émission des gaz à effet de serre, inverser la tendance qu'a la température à monter alors que les raisons de cet état de choses, pour l'instant, nous échappent complètement. Laisser entendre une telle chose doit être dénoncé de la manière la plus nette et la plus vigoureuse.
Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d'eau (95% du total des gaz à effet de serre contre 4 % pour le CO2 et 1 % pour le reste). Le jour où l'on connaîtra l'influence de ces 95% là et notamment le rôle joué par le soleil, les océans, les rayons cosmiques, le volcanisme, etc... sur les variations de ces 95% là, je commencerai peut-être à m'intéresser aux considérations qui sont faites sur le rôle du CO2... Je dis peut-être parce que 95% par rapport à 4% ne se transformeront dans 500 ans, au rythme actuel, si rien ne change, qu'à 94 % contre 5%... et rien ne me permet d'affirmer qu'il en sera bien ainsi !

Je dois dire que ces considérations ainsi que les motivations pour lesquelles on se permet de les faire, m'échappent pour ainsi dire totalement. Pour prendre une comparaison, c'est un peu comme si on me disait que l'homme pourrait vider les océans en raison de ses activités. Et qu'en conséquence il devrait changer radicalement ses modes de vie pour que les océans ne se vident pas...
A mes yeux, on est dans l'irrationnel le plus total... et je ne comprends pas pourquoi...

Il y a bien d'autres choses à faire pour défendre la nature et qui est bien plus à notre portée... Parce que si l'homme ne peut pas vider les océans, il peut, par contre, les polluer gravement... entre autres...
Yves
Quand ils auront coupé le dernier arbre, sali le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, alors ils s'apercevront que l'argent ne se mange pas (Sitting Bull)

Jplm

Avatar du membre
Messages : 15592
Enregistré le : 03 oct. 2011, 10:37
Nom : Lachenal-Montagne
Prénom : Jean-Pierre
Société : Société Mycologique de France
Localisation : Paris, parfois Corse

Message par Jplm »
Bonsoir,

Je ne partage nullement l'analyse d'Yves mais je suis obligé d'être d'accord avec lui sur un point : il n'est absolument pas prouvé que réduire les émissions de CO infléchira le réchauffement pour la bonne raison qu'on a pas encore commencé à essayer !

Jplm
Jean-Pierre Lachenal-Montagne

dominique

Avatar du membre
Messages : 4437
Enregistré le : 30 avr. 2009, 17:30
Localisation : Forêt d'Orléans.
Site Internet

Message par dominique »
Bonjour, je ne veux pas lancer un débat, mais je suis d'accord avec Yves. Il ne faut pas croire tous ces scientifiques (Peut-être) qui considèrent que seul l'homme est responsable du réchauffement climatique. Il me semble que la non-production de déchets devraient être la préoccupation première pour prendre soin de notre Terre.
Mon blog : http://www.foretdorleans.com

"Tout le monde savait que c'était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l'a fait." Marcel Pagnol.

Hervé

Avatar du membre
Messages : 948
Enregistré le : 18 oct. 2010, 21:24
Localisation : 63
Site Internet

Message par Hervé »
Bonjour Yves,
je suis très étonné de ta méconnaissance des lois de la thermodynamique. C'est un fait, et on y peut rien quand la concentration en CO2 augmente l'effet de serre de l'atmosphère augmente et la température aussi. C'est connu depuis Arrhenius dans son célèbre article de 1896, où il établi une formule mathématique qui relie cette concentration à l'augmentation de température (il prédisait un réchauffement de +6 °C environ pour un doublement de la concentration en CO2). Voici son tableau, si les chiffres te parlent plus que les mots:
Capture d’écran 2020-01-24 à 08.10.49.jpg
Je ne sais pas d'où tu tiens ton chiffre de 4% de contribution du CO2 pour l'effet de serre, mais il est totalement fallacieux. 20% est un chiffre plus réaliste. Et on sait depuis longtemps que c'est la principale variable qui joue sur la température (relis cet article de Science pour t'en convaincre: Lacis et al 2010, Atmospheric CO2: Principal Control Knob Governing Earth’s Temperature https://science.sciencemag.org/content/330/6002/356).
Je t'invite à lire les travaux des spécialistes (ce site par exemple http://www.climat-en-questions.fr/repon ... c-parrenin) avant d'émettre ici tes thèses climato-négationnistes.
Bien amicalement,
Hervé
Hervé Cochard

Hervé

Avatar du membre
Messages : 948
Enregistré le : 18 oct. 2010, 21:24
Localisation : 63
Site Internet

Message par Hervé »
24 janv. 2020, 09:18dominique a écrit :
Bonjour, je ne veux pas lancer un débat, mais je suis d'accord avec Yves. Il ne faut pas croire tous ces scientifiques (Peut-être) qui considèrent que seul l'homme est responsable du réchauffement climatique. Il me semble que la non-production de déchets devraient être la préoccupation première pour prendre soin de notre Terre.
Je suis quand même atterré par ce que vous dites. Les bras m'en tombent même. Comme quoi il y a vraiment de la pédagogie à faire...
Capture d’écran 2020-01-24 à 10.06.48.jpg
Capture d’écran 2020-01-24 à 10.07.01.jpg
Hervé Cochard

Y.Courtieu

Avatar du membre
Messages : 17214
Enregistré le : 28 oct. 2012, 18:14
Localisation : Haute-Savoie
Site Internet

Message par Y.Courtieu »
Juste une précision sur mes chiffres.
Ils correspondent aux teneurs respectives et mesurées des trois catégories de gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère.
La vapeur d'eau représente environ 1% en moyenne de la composition de l'atmosphère (variable selon les endroits de la terre entre 0.1% et 4.7% ), le CO2 représente 0.04 % et le reste des gaz à effet de serre représente environ 0.01 %.
Ce sont des teneurs, je le répète. Remplacer ces chiffres, qui sont objectifs et vérifiables, par d'autres chiffres évaluant la contribution respective de ces différents gaz à l'élévation de la température est une démarche qui pour moi commence déjà à déraper.

Pour le reste, je n'ai aucune thèse à défendre et je ne profère rien. J'ai simplement de sérieux doutes sur ce qui m’apparaît comme des certitudes, établies... à partir de modèles mathématiques et de calculs algorithmiques.
Je pense que j'en ai le droit, parce que dans ce dernier domaine, j'ai acquis quelques connaissances, notamment sur le point fondamental suivant :
quel est le degré de fiabilité des modèles mathématiques et des calculs algorithmiques de ce genre ?

Mais je me demande s'il est encore permis... de douter
Yves
Quand ils auront coupé le dernier arbre, sali le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, alors ils s'apercevront que l'argent ne se mange pas (Sitting Bull)

Jplm

Avatar du membre
Messages : 15592
Enregistré le : 03 oct. 2011, 10:37
Nom : Lachenal-Montagne
Prénom : Jean-Pierre
Société : Société Mycologique de France
Localisation : Paris, parfois Corse

Message par Jplm »
Bonjour,

Comme Hervé je suis atterré (et étonné).
24 janv. 2020, 11:50Y.Courtieu a écrit :
Mais je me demande s'il est encore permis... de douter.
Je doute de toute croyance et quand le doute est érigé en croyance, je doute du doute.

Jplm
Jean-Pierre Lachenal-Montagne

Hervé

Avatar du membre
Messages : 948
Enregistré le : 18 oct. 2010, 21:24
Localisation : 63
Site Internet

Message par Hervé »
Oui, bien entendu, on peut douter de tout. Certains (les platistes) doutent même que la terre soit vraiment ronde, alors il y reste encore certains degrés de liberté...
Que dire pour te répondre? Que les scientifiques sont des gens finalement assez sérieux, qu'ils se posent évidemment des questions sur la robustesse de leurs modèles et que de temps en temps ils se donnent les moyens de vérifier que ce qu'ils ont prédit il y 30 ou 40 ans est bien validé par les observations. C'est d'ailleurs l'une des activités principale de l'IPCC (tu sais le machin qui nous pond un rapport régulièrement pour nous dire que tout va bien. Voici ici ce chapitre concernant l'évaluation des modèles justement https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads ... _FINAL.pdf)
Ce que l'on peut en conclure? “Nothing in life is certain except death, taxes, and the second law of thermodynamics” (Seth Lloyd) Et là justement, c'est de la thermodynamique!
Quelques exemples récents qui démontrent que globalement on peut être tenté de continuer à faire confiance à ces scientifiques.
https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com ... 19GL085378
https://www.nature.com/articles/nclimate3224
https://www.nature.com/articles/s41558-018-0355-y
Hervé
Hervé Cochard

NSchwab

Avatar du membre
Messages : 1462
Enregistré le : 08 sept. 2017, 17:24
Nom : Schwab
Prénom : Nicolas
Localisation : Renan, BE (Suisse)

Message par NSchwab »
24 janv. 2020, 11:50Y.Courtieu a écrit :
Je pense que j'en ai le droit, parce que dans ce dernier domaine, j'ai acquis quelques connaissances, notamment sur le point fondamental suivant :
quel est le degré de fiabilité des modèles mathématiques et des calculs algorithmiques de ce genre ?

Mais je me demande s'il est encore permis... de douter
Le problème ici n'est pas de douter. Tu remplaces ton doute par une (quasi) certitude que les prédictions sont fausses. Mais quoi de mieux pour prédire des évènements que des modèles mathématiques et des calculs algorithmiques ?
Tu reproches à Hervé la fiabilité des modèles mathématiques et des calculs algorithmiques, mais qu'en est-il des chiffres que tu avances ? Ils ne sont pas sourcés et sont donc complétement anecdotiques quand on les prend tels quels. Comment est-il possible de savoir par qui et selon quel protocole ont-ils été obtenus ? L'expérience a-t-elle été reproduite ?
Ceux d'Hervé sont vérifiables et publiés dans des journaux relus par des pairs. Pour ainsi dire, ils reflètent l'état actuel de la science à ce sujet.
Hervé a fait l'analogie aux platistes, car tu as utilisé une rhétorique très similaire.
Je tiens à préciser que j'ai l'humilité de reconnaître n'avoir aucune expertise sur le sujet et je m'en tiens donc à l'avis des experts. Toutefois, toute science fonctionne grâce à certains préceptes et c'est cela que je critique ici.
Pour terminer, je souhaite rediriger vers cette vidéo de la Tronche en Biais, chaîne de vulgarisation scientifique réalisée sur le sujet. Elle résume à mon avis bien la problématique.
Mycologue intégriste radicalisé.
109 messages Page 1 sur 8