Observation sporée ancienne

Pour les questions, les techniques, astuces, ... en microscopie et réactifs chimiques.
20 messages Page 2 sur 2

Guillaume Eyssartier

Avatar du membre
Messages : 3506
Enregistré le : 24 juin 2008, 19:51

Message par Guillaume Eyssartier »
Bonjour à tous,

je suis très surpris de ce que je lis sur cette ligne de messages... Les spores se déshydratent en herbier (elles sont évidemment pleines d'eau, leur cytoplasme étant en grande partie aqueux), leur paroi s'affaisse très rapidement, et il est OBLIGATOIRE de les regonfler avant étude. Et Marcel Lecomte a bien évidemment raison. Plus leur paroi est épaisse, moins elles s'affaissent, et il est vrai que les spores colorées s'affaissent en moyenne moins que les spores incolores.

On peut regonfler des spores très anciennes qui, à de rares exceptions près, ne sont guère modifiées y compris dans leurs dimensions. Il suffit de les placer dans la potasse à 3-5 %, et de chauffer la lame avec un briquet. Normalement, on parvient alors à réaliser des observations assez correctes (cela varie fortement en fonction des conditions de conservation de l'échantillon, évidemment : j'ai révisé des types très anciens qui regonflaient très bien, alors que des récoltes récentes, mal conservées ne regonflent pas ou difficilement). Cette technique permet en général de regonfler également les autres cellules (cystides, basides, etc.).

Amicalement, Guillaume.
Biologie fongique - Expertises (Dr. Guillaume Eyssartier)

Guillaume Eyssartier

Avatar du membre
Messages : 3506
Enregistré le : 24 juin 2008, 19:51

Message par Guillaume Eyssartier »
J'ajoute ce qu'écrivaient déjà Kühner et Romagnesi dans la Flore analytique (merci à l'ami, qui se reconnaîtra, qui m'a remis en mémoire ces quelques lignes) :

"Milieu d'observation .... Les coupes ou fragments de matériel sec doivent être regonflés dans des réactifs convenables. Les solutions de soude ou de potasse (à 5 %) regonflent parfaitement à froid, si le matériel y séjourne plusieurs jours.... les coupes à examiner se regonflent en quelques secondes lorsqu'on le fait bouillir, entre lame et lamelle, dans une goutte des réactifs précédents.... "

Guillaume.
Biologie fongique - Expertises (Dr. Guillaume Eyssartier)

Fouad En ligne

Avatar du membre
Messages : 10625
Enregistré le : 10 juin 2014, 18:06
Nom : Fouad Ouchène
Association : Société Mycologique de Strasbourg
Localisation : Alsace-Vosges

Message par Fouad »
Merci beaucoup Guillaume !
Mon observation sur la relative importance du regonflage préalable, était en vérité issu d'une observation de spores conservées d'une Russula melliolens pendant trois années. Et comme on avait un peu sous-estimé mon nez à l'époque, j'avais toujours gardé les spores pour les vérifier une fois équipé. Chose faite, les mesures et l'ornementation sont tout-à-fait conformes à l'espèce. Maintenant, effectivement s'il faut regarder des détails plus complexes : pores, ornementations, plage ... je peux comprendre. Mais, je reviens encore à la première question : il s'agit de mesurer la taille des spores ; d'où mon interrogation sur l'importance d'insister sur le regonflage d'icelles - merci Castor ;) - avec toute l'incertitudes de pouvoir avoir des tissus potables pour les cystides, etc.

Guillaume Eyssartier

Avatar du membre
Messages : 3506
Enregistré le : 24 juin 2008, 19:51

Message par Guillaume Eyssartier »
Tu dis, Fouad, que tu as observé tes spores de russule dans le Melzer, qui contient de l'hydrate de chloral : elles ont donc été instantanément regonflées :clindoeil:

Je ne travaille pour ainsi dire QUE sur du matériel d’herbier regonflé, et mes mesures coïncident toujours avec celles observées sur matériel frais.

Amitiés, Guillaume.
Biologie fongique - Expertises (Dr. Guillaume Eyssartier)

castor74

Avatar du membre
Messages : 17200
Enregistré le : 23 sept. 2011, 17:11
Nom : Laurent Francini
Association : LA CHANTERELLE DE VILLE-LA-GRAND
Localisation : La Yaute - Haute-Savoie (la «vraie» Savoie) ;-)
Site Internet

Message par castor74 »
Bonjour, oui, c'est l'évidence que l'on regarde toujours des spores dans un liquide d'observation... C'est pour ça que je disais n'avoir jamais entendu dire qu'il fallait regonfler les spores avant. Je ne regonfle pas les spores avant, je les regonfle au moment de l'observation…
Par contre, je le fais évidemment pour toutes les observations d'autres éléments sur exsiccata. Cela me paraît très logique… Sinon rien du tout n'est observable et on passe son temps à casser des couvre-objet… :grandsourire:
Par ailleurs, pour des spores de melliolens, regonflées ou pas, mesurées ou pas, on les reconnaît d'emblée. :clindoeil:
http://www.francini-mycologie.fr/index.htmlMyco-botaniste passionné!Nikon D90 - F-S DX 18-200 mm f:3,5/5,6 G ED VRII - AF-S Nikkor 105 mm macro f:2.8 G ED - Micro Nikkor 60 mm f:2.8
20 messages Page 2 sur 2