par Christian Frund




Habitat

Un seul exemplaire, sur le talus calcaire de la route de Bretigney à droite après le col de Chatard, trouvé le 14 juin 2012. Station fidèle.

Chapeau

Jusqu’à 150 mm pour le plus grand diamètre et une fois bien ouverte (plus que sur les photos), convexe souvent aplati au centre, Surface un peu martelé et luisante, blanche à crème, voire ocre brun très pâle, plus ou moins couverte de reste d’écailles ou de voile parfois assez important mais aussi assez petits, semblant plus ou moins pulvérulents par endroits. Marge assez régulière, longtemps couvrante et gardant aussi des lambeaux de voile assez fragiles qui restent collés au lames

Lames

Très larges, assez épaisses, plutôt serrées, blanches à légèrement crème.

Stipe

Souvent impressionnant de 185 x 30 mm à mi longueur sur ce sujet, un peu évasé puis régulier et enfin s’élargissant pour se terminer par un gros bulbe. Blanc à crème. Voile ample, proche du sommet, dessinant une jupe molle et fragile, crémeuse, assez peu épais, se dispersant en chinures et écailles collant au doigt jusqu’à la base. Volve assez épaisse et cohérente, enfoncée dans la terre et s’arrachant facilement quand on la déterre.

Chair

Blanche, épaisse, assez tendre, odeur non typique et saveur douce.

Microscopie

Spores (A) :
(8,2) 8,8 - 10,2 (11,1) x (6,6) 7,3 - 8,4 (10) μm ; Q = (1,1) 1,2 - 1,3 (1,4) ; N = 100 ; Me = 9,5 x 7,9 μm ; Qe = 1,2 (mesure classique).
8,4 [9,4 ; 9,6] 10,7 x 6,9 [7,8 ; 8] 8,9 μm ; Q = 1,1 [1,2] 1,3 ; N = 100 ; C = 95% ; Me = 9,5 x 7,9 μm ; Qe = 1,2 (mesure statistiques).
Largement elliptiques et guttulées.

Basides (B) :
(44,3) 45 - 49,3 (50,8) x (9,2) 9,4 - 11,5 (12,2) μm ; Q = (3,7) 4,1 - 5 (5,1) ; N = 10 ; Me = 47,2 x 10,4 μm ; Qe = 4,6. Tétrasporiques.

Articles du voile pris sur le chapeau (D) :
Constitués d’articles largement elliptiques parfois presque ronds, parfois assez volumineux (exemple : 87 x 52 μm) mélangés à des éléments nettement allongés (exemple : 105 x 16 μm) reliés par des éléments étroits (exemple : 5 μm), leur organisation est assez large, peu structurée et assez anarchique ; ce qui peut éventuellement expliquer l’aspect crémeux du voile.

Discussion

Synonymisé souvent avec Amanita solitaria (Bulliard : Fries)Mérat. Les spores, étudiées sur sporée déposée, n’ont pas données de valeur supérieure aussi haute que celle qu’ont observée M. Neuville et Poumara (in Amanita – Fungi Europaei n° 9 – 2004). Il semble donc que les dimensions sporales puissent nettement varier.