Et celles-ci ?

Ce forum permet de montrer des photos de champignons et de discuter sur leur détermination.

Attention: ces déterminations ne permettront pas une consommation des champignons !!!
20 messages Page 2 sur 2

NSchwab

Avatar du membre
Messages : 2100
Enregistré le : 08 sept. 2017, 17:24
Nom : Nicolas Schwab
Associations : Société Mycologique de Tramelan - Société Mycologique des Montagnes Neuchâteloises
Localisation : Renan, BE (Suisse)
Site Internet

Message par NSchwab »
21 mai 2020, 18:52Fouad a écrit :
21 mai 2020, 18:45NSchwab a écrit :
J'ai oublié de préciser quelque chose à l'intérieur de mon précédent message.
Macrolepiota procera peut rougir ou non. Cela n'est pas un critère à retenir pour l'identification de cette espèce. Pour ses formes, le rougissement est important si l'on veut s'en tenir strictement à la description originelle. Je pense que même dans ces cas, le rougissement peut intervenir ou pas (comme chez le type).
Oui, je suis d'accord et je le dis dans l'autre sujet "houleux" :clindoeil: Je parlais d'hygrométrie, mais je pense que la température joue aussi un rôle; à vérifier.
Ce n'était pas forcément pour toi que je précisais. Beaucoup de monde fait cette erreur.
Mycologue intégriste radicalisé.

champi12

Messages : 123
Enregistré le : 11 mai 2020, 08:46
Nom : Thierry ANDRIEU
Association : AMBA

Message par champi12 »
Merci à Nicolas pour cet éclaircissement très détaillé! J'apprends beaucoup sur ce forum.

Thierry

Fifi

Avatar du membre
Site Admin
Messages : 12872
Enregistré le : 24 juil. 2006, 17:34
Association : Association Mycologique de l'Ouest
Localisation : Loire Atlantique, France

Message par Fifi »
21 mai 2020, 14:18NSchwab a écrit :
d'où provenaient-elles ?
Loire Atlantique, région nantaise.

Une bonne quinzaine d'exemplaires poussaient sur les bords d'un fossé longeant un champ de maïs, à proximité d'une forêt.

C'est ce que je nomme sans hésitation Macrolepiota procera, pour toute la collection (var. fuliginosa si vous y tenez vraiment).

Si je présente cette récolte maintenant, c'est pour la comparer avec la "Macrolepiota polemica" de Thierry : Macrolepiota sp?.
Vous comprendrez mon incompréhension lorsque l'on me dit que celles de Thierry sont de M. procera, typiques qui plus est...
21 mai 2020, 16:05Bouchara a écrit :
Par contre, c'est étonnant comme les chinures du stipe sont concentrées sous l'anneau, et quasi absentes en haut et en bas...
Cette particularité n'est que le résultat des conditions de poussée. Tu remarqueras que tous les pieds ne sont pas ainsi.
Ces coulemelles poussaient dans une verdure très dense, en observant la première photo, tu noteras que cette rupture correspond à la hauteur de la verdure.
21 mai 2020, 16:05Bouchara a écrit :
Pour éliminer fuliginosa : Fifi, la chair était elle brunissante ? Les squames très labiles ?

Autre questions : Taille du chapeau ? Habitat ?
À l'époque, je n'étais pas aussi attentif à ces caractères.
De mémoire et en revoyant les photos, pas de brunissement particulier, excepté sur les plus vieux spécimens.
Leur taille ? Pour te donner une idée, les planches du plateau de table mesurent environ 10 cm de large... elles étaient donc très élevées...
L'amanite phalloïde a mauvaise réputation.
C'est pourtant l'un des rares champignons qui soit capable d'abréger les souffrances des myopathes.
Pierre Desproges

Fifi

Avatar du membre
Site Admin
Messages : 12872
Enregistré le : 24 juil. 2006, 17:34
Association : Association Mycologique de l'Ouest
Localisation : Loire Atlantique, France

Message par Fifi »
21 mai 2020, 17:42castor74 a écrit :
«Les formes ne sont que des aspects des champignons que l'on nomme, mais la réalité derrière est qu'il s'agit strictement de la même espèce. Cela est assez représentatif chez les formes blanches de certains champignons.»

Merci pour ces explications et, en particulier, un paragraphe qui me plaît plus que les autres.
Je m'en doute... cela dit, personne n'a jamais dit le contraire à propos des formes et variétés.

Ma préférence va pour ce paragraphe ci-dessous...
21 mai 2020, 17:28NSchwab a écrit :
Les variétés sont différentes du point de vue génétique. Elles sont interfertiles avec le type, mais en analysant l'arbre phylogénétique, on va les voir former un groupe relativement séparé du reste du spectre. Elles peuvent ensuite subir un processus de spéciation et devenir des espèces à part entière sur un laps de temps long.
Exactement ce que j'essayais d'expliquer dans un vieux sujet houleux...
L'amanite phalloïde a mauvaise réputation.
C'est pourtant l'un des rares champignons qui soit capable d'abréger les souffrances des myopathes.
Pierre Desproges

Fifi

Avatar du membre
Site Admin
Messages : 12872
Enregistré le : 24 juil. 2006, 17:34
Association : Association Mycologique de l'Ouest
Localisation : Loire Atlantique, France

Message par Fifi »
Bon, pas d'opposition à ma détermination ?
L'amanite phalloïde a mauvaise réputation.
C'est pourtant l'un des rares champignons qui soit capable d'abréger les souffrances des myopathes.
Pierre Desproges
20 messages Page 2 sur 2